Un site vieux de plus de 80 000 ans


Venez découvrir le site archéologique : une cavité naturelle utilisée comme piège naturel

pendant près de 80 000 ans.

Présentation de la grotte ornée de peintures et gravures (non accessible, photos et film).

 

Historique

 

La grotte a été découverte en 1964 grâce à la perspicacité du propriétaire M. Caminade, propriétaire des lieux. En effet, soupçonnant qu’un simple terrier de renard pouvait cacher une cavité d’importance, il alerta le Spéléo-club de Bergerac alors à la recherche d’aven qui aurait permis d’accéder à la rivière souterraine de Padirac.

L'équipe du Spéléo-club de Bergerac (MM. J. Bouchereau, F. Feltrin, J. Guilhem, N. T. et F. Lesur, L. et C. Perrier) assistée par M. Caminade désobstrua l'entrée et pénétra dans la salle où elle découvrit des mains négatives.

 

Localisation et environnement

 

La grotte est située dans le secteur nord du Causse de Gramat à 5 kilomètres environ des falaises du causse dominant la vallée de la Dordogne. La cavité s'ouvre sur le plateau, dans le calcaire bathonien.

Les grottes ornées paléolithiques les plus proches, celles des Merveilles à 9 km au Sud et de Roucadour à 17 km au sud-est sont contemporaines des Fieux.

Devant l'entrée de la grotte des Fieux s'étend un très important habitat stratifié paléolithique, mésolithique et néolithique qui a été fouillé pendant de nombreuses années.

 

 

Le gisement archéologique

 

Le site archéologique est installé dans une galerie karstique creusée par l’eau il y a plus de 6,5 millions d’années et dont la voûte s’est effondrée partiellement il y a environ 1 million d’années.

4 ensembles permettent de noter l’évolution des comportements humains, depuis l’Homme de Neandertal jusqu’à l’Homme Moderne.

  1. Le niveau à mammouths (- 80 000 ans / couche M) le plus profond, environ 9 mètres, illustre une fréquentation épisodique des lieux avec des animaux piégés naturellement, l’Homme de Neandertal pratiquait alors surtout le charognage. On y trouve un spectaculaire ensemble de restes de mammouths, mais également d’autres espèces comme le renne, le cheval et le bison.
  2. L’ensemble moustérien (- 300 000 ans à – 30 000 ans) ici daté à environ – 80 000 ans à – 40 000 ans (couches K et G) présente un lieu de chasse par rabattages. Ces niveaux ont livré un important outillage en pierre et de nombreux restes d’animaux, le site devient une véritable halte de chasse avec la technique de rabattages. 
  3. L’ensemble gravettien (- 29 000 à – 22 000 ans)(couches F et E) décrit une association entre chasse et activités domestiques. Après l’arrivée de l’homme moderne il y a environ 40 000 ans, le site va devenir vers – 24 000 ans une halte de chasse et un lieu d’habitat.
  4. Le niveau sauveterrien (- 9 500 à – 6 500 ans) ici daté à environ – 8 700 ans à – 8 200 ans (couche D) nous livre une halte de chasse de courte durée. La fréquentation du site au Mésolithique s’étale sur 500 ans. L’occupation se compose de nombreux foyers et d’aires d’activités. Plus de 13 500 pièces d’outillage en pierre ont été retrouvées. La chasse occupe une place prépondérante, le cerf, le sanglier et le chevreuil sont les principales proies, l’usage de l’arc se généralise.